Aspects psychologiques liés à l’éjaculation précoce

man_thinking

Il est évident que lorsque l’on souffre d’éjaculation précoce, ce n’est pas comme si l’on s’était foulé une cheville ou fait mal au bras… Cela comporte un certain facteur psychologique, lié à la culpabilité par exemple, ou également au manque de confiance en soi. Puisque évidemment il y a le regard ou le comportement de sa partenaire qui rentre en jeu.

Malheureusement, faire l’amour n’est pas aussi simple, ou aussi facile que la masturbation on pourrait dire. Lorsque l’on se masturbe, on est seul, et ce que l’on fait n’implique que nous. Mais lorsque l’on fait l’amour, on est deux, et forcément il faut aussi donner du plaisir à l’autre . On sait bien que c’est essentiel, et c’est bien là qu’est le problème : on a « peur » de ne pas être à la hauteur. , de ne pas arriver à se contrôler, à se maîtriser et à éjaculer trop vite.

Pour une ou deux fois, cela passe encore (lorsque l’on est fatigué ou que cela fait longtemps que l’on n’a pas fait l’amour par exemple), mais lorsque cela devient trop habituel, voire une routine, c’est çà qui est dangereux et qui nous fait peur… Car on sait bien que le sexe est extrêmement important dans une relation (et c’est normal), et que si cela ne colle pas, la relation ne pourra pas tenir sur le long terme. Tout le monde sait cela..

Alors évidemment cela crée une grosse pression psychologique à gérer en plus, et évidement cela ne favorise pas une éventuelle amélioration. D’autant plus que le sujet reste très tabou (de moins en moins il faut quand même le noter) et on peut avoir du mal à en parler à sa partenaire. C’est tout à fait normal.

Il y a donc tout un aspect psychologique qui entoure ce problème et qu’il va falloir apprendre à maîtriser. D’ailleurs le plus gros du travail de cette ré-éducation sexuelle passe par l’apprentissage et la maîtrise de soi même. On n’arrive pas décemment à résoudre un problème de ce type si on ne fait pas l’effort à la base de maîtriser ses émotions, son rapport au corps et son écoute vis à vis de sa partenaire.. D’ailleurs, soi dit en passant, ce ne sont pas avec des crèmes , médicaments ou autres, que l’on arrivera à s’en sortir (ces solutions ne doivent être considérés que comme solutions d’appoints ou de secours..).

 << accueil

>> émission TV Allo Docteur